dans

Venezuela : Maduro menace de «répondre avec force» au commando colombien

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a promis mercredi 17 février de «répondre avec force» à la création par la Colombie voisine d’un commando pour lutter contre les guérilleros dissidents et les trafiquants de drogue qui, selon Bogota, trouvent refuge dans son pays.

Lors d’une conférence de presse à Caracas, Nicolas Maduro a déclaré avoir ordonné aux forces armées du pays «de répondre avec force aux déclarations imprudentes du président colombien Ivan Duque sur le Venezuela» et de «nettoyer les barils de nos fusils (…) si Ivan Duque ose violer la souveraineté du Venezuela».

Le 8 février, le président de droite colombien a annoncé la création d’une force d’élite pour combattre les guérilleros dissidents des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) et ceux de l’Armée de libération nationale (ELN), ainsi que les narco-trafiquants qui, selon le gouvernement, ont trouvé refuge au Venezuela voisin.

«L’objectif pour cette année est de frapper les têtes du narcoterrorisme», a-t-il déclaré, affirmant que «beaucoup d’entre eux sont protégés au Venezuela».

«Si Ivan Duque ose toucher un millimètre du territoire vénézuélien… Ne sois pas fou, Ivan Duque ! Connais tes limites et respecte le Venezuela», a déclaré Nicolas Maduro, dont le gouvernement autoritaire n’est pas reconnu par la Colombie qui a rompu ses liens diplomatiques.

Malgré l’accord de paix de 2016, la Colombie continue de faire face à un conflit armé aux multiples facettes, impliquant des guérillas de gauche, des trafiquants de drogue et des paramilitaires de droite qui se disputent le contrôle des lucratives productions de la cocaïne et de l’extraction illégale de minerais.

La Colombie a accusé à plusieurs reprises par le passé le Venezuela d’offrir un refuge aux groupes armés, ce que Caracas nie.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La consommation repart aux Etats-Unis, l’inflation en embuscade

Nétanyahou parle pour la première fois à Biden depuis son arrivée à la Maison-Blanche