dans

Pour des présidentielles inclusives au Bénin : Dieudonné Biaou et le Rpj exigent trois mesures urgentes

A la faveur d’une sortie médiatique effectuée ce jeudi 18 février 2021, les jeunes engagés pour la restauration de la démocratie au Bénin ont porté sur les fonts baptismaux le Réveil patriotique de la jeunesse (Rpj). Occasion pour Dieudonné Biaou et ses pairs de proposer trois mesures pour des élections inclusives, crédibles et transparentes dans l’intérêt supérieur du peuple béninois.

Les jeunes de l’opposition ont décidé de parler d’une seule et même voix. C’est le sens que revêt la création de la coalition «Réveil patriotique de la jeunesse (Rpj)». En effet, le Rpj est issu de la fusion de plusieurs mouvements de jeunes engagés aux côtés des partis politiques de l’opposition pour la restauration de la démocratie et de l’État de droit au Bénin.

Dans leur déclaration lue par Dieudonné Biaou, ces jeunes désapprouvent l’exclusion en vue de certaines personnalités politiques qui ne partagent la vision du pouvoir en place lors des prochaines élections présidentielles.

«C’est une tradition pour notre pays d’organiser les élections inclusives, équitables et transparentes depuis le renouveau démocratique. Les périodes électorales sont toujours perçues comme des moments festifs et de fraternité dans notre pays… Le Bénin a perdu sous le régime du président Patrice Talon, sa culture démocratique et les valeurs du dialogue et du consensus qui ont permis jusque-là à notre pays de réaliser la paix», ont-ils dénoncé.

Pour ces jeunes, s’il est vrai que le modèle de gouvernance adopté depuis le renouveau démocratique a révélé des failles en matière de gouvernance, il y a des acquis qu’il faut consolider, procéder à des réformes politiques et institutionnelles pour parfaire ce système démocratique pour le bien-être social de tous les Béninois. Selon ces derniers, les différentes réformes engagées depuis avril 2016 n’ont pas pris en compte les aspirations profondes du peuple.

Au plan politique, ils ont surtout dénoncé le fameux certificat de conformité institué en 2019 pour, disent-ils, exclure l’opposition du parlement.

«Entre temps par le biais de ceux qui occupent illégitimement notre parlement, le président Patrice Talon a institué le parrainage pour la présidentielle de 2021 en désignant strictement comme parrains les députés et maires. Ceux-ci étant d’office de son camp, c’est évident que le match est plié d’avance», ont-ils fustigé avant de déplorer «la confiscation du parrainage de la quasi-totalité des parrains et l’attribution de quelques parrains aux alliés du pouvoir pour un match amical».

Dieudonné Biaou et ses pairs pensent aussi que le dépôt de la candidature des duos Madougou-Djivo et Aïvo-Kérékou de l’opposition et de plusieurs autres candidatures indépendantes ont prouvé à la face du monde que le président Patrice Talon a fui la compétition électorale.

«… le monde entier sait aujourd’hui que le président Patrice ne veut pas d’une élection inclusive. Nous avançons progressivement vers une élection présidentielle basée sur l’exclusion au Bénin, la manière dont le processus électoral est conduit en dit long sur l’entêtement du pouvoir à opérer le forcing», ont-ils souligné.

Le Rpj exige trois 3 mesures urgentes

Convaincus que le type de parrainage imposé dans les conditions actuelles ne favorise pas une élection inclusive et que les conditions dans lesquelles le processus électoral se déroule ne garantissent pas l’équité, ni la transparence, les jeunes réunis au sein du Rpj préconisent trois mesures urgentes au pouvoir en place.

Il s’agit de la levée du verrou du parrainage en raison de son caractère particulièrement exclusif, l’audit de la liste électorale concoctée sans aucun membre de l’Opposition, contrairement aux lois, et surtout la tenue des assises nationales pour examiner ensemble le processus électoral.

Par ailleurs, le Rpj appelle le peuple à une veille citoyenne et à la résistance pour la restauration de la démocratie et de l’Etat de droit au Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Géorgie : le premier ministre démissionne, l’opposition veut des élections

Côte d’Ivoire : le premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko en France pour raisons de santé