dans

Olivier Véran : «l’objectif de 10 millions de primo-vaccinés» à la mi-avril «anticipé de quelques jours»

Olivier Véran a annoncé lundi 5 avril que 2 millions de Français avaient été vaccinés en une semaine. Selon le ministre de la Santé, le pays «n’a aucun enjeu de logistique, mais de livraison de vaccins», a-t-il précisé sur TF1.

Olivier Véran s’est montré optimiste : «On va recevoir 12 millions de vaccins», il assure que «l’objectif de 10 millions de primo-vaccinés» à la mi-avril devrait être «anticipé de quelques jours«.

À ce jour on compte 9,3 millions de personnes ayant reçu une première dose. Le «M. Vaccin» du gouvernement, le Pr. Alain Fischer, a annoncé à la fin de la semaine un objectif à court terme de 400.000 injections quotidiennes.

Le gouvernement affiche sa confiance sur les approvisionnements espérés des labos pharmaceutiques pour atteindre cet objectif. Et table aussi sur une démultiplication des centres et personnels pour les administrer.

On attend mi-avril l’arrivée du vaccin Johnson & Johnson, qui nécessite une seule injection, avec 600.000 premières doses avant mai. Elles devraient facilement trouver preneurs, alors que le vaccin d’AstraZeneca reste plombé par des doutes sur son innocuité, malgré les assurances des autorités sanitaires.

Des doses d’AstraZeneca n’ont pas trouvé preneurs dans des centres de vaccinations du Nord et du Pas-de-Calais, en raison de la peur d’effets secondaires, ont alerté pendant le week-end des élus et médecins de la région.

À quelques jours de l’inauguration d’une première chaîne d’embouteillage française de vaccins de Pfizer/BioNTech, dans l’Eure-et-Loir, le président centriste de la région Normandie Hervé Morin, a déploré lundi sur LCI le choix des dernières décennies de «sacrifier» l’appareil industriel du pays, «payé» cher aujourd’hui.

Du côté des vaccinateurs, les hôpitaux d’instruction des armées français vont augmenter leurs capacités d’accueil pour vacciner jusqu’à 50.000 personnes par semaine, a annoncé samedi soir le ministère des Armées.

Les grands centres de vaccination vont aussi se multiplier sur le territoire. Comme le Stade de France qui accueillera mardi ses premiers volontaires, avec un premier objectif de 10.000 injections par semaine.

Flambée épidémique

Dimanche 4 avril au soir, on comptait plus de 29.000 malades du Covid-19 hospitalisés, contre un peu plus de 25.000 il y a un mois. C’est surtout dans les services de réanimation, qui accueillent les formes les plus graves de la maladie, que cette pression s’exerce. Toujours sur un mois, on est passé de 3600 à plus de 5300 patients en «réa».

Vendredi, Olivier Véran tablait sur un pic de personnes contaminées d’ici «7 à 10 jours environ», avant un pic des hospitalisations en réanimation fin avril. Lundi, il a reconnu sur TF1 que le pays pourrait friser le pic de réanimation atteint lors de la première vague, à 7000 cas: «il est possible qu’on s’en approche».

Dans le même temps il a assuré que la capacité d’accueil des patients les plus lourds était désormais portée «à 8000 lits de réanimation armés».

Avec AFP

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ghana : quelque 60 dauphins et plusieurs espèces de poissons échoués sur des plages

Zambie : un avion-cargo atterrit par erreur sur un aéroport en construction