dans

Nigeria : «Je n’avais pas prévu d’avoir des enfants hors mariage», l’artiste Flavour

Le chanteur Chinedu Okoli, alias Flavour N’abania, est un artiste qui ne chante pas seulement sur les femmes, il a également été lié de manière romantique avec quelques-unes d’entre elles.

Le chanteur de «Chop Life» dans une récente interview avec une personnalité médiatique, Ebuka Uchendu a également avoué qu’il aimait en effet les belles femmes.

Lorsqu’on lui a demandé s’il était d’accord avec l’impression qu’il était un coureur de jupons, Flavour a répondu: «Ce sont les gens qui jugent (moi), vous savez. Tant que vous êtes aux yeux du public, vous obtiendrez des trucs comme ça. Cela n’a jamais été planifié, même si je ne peux nier que j’aime les belles femmes. Je suis un homme africain, pas un homme blanc. J’ai aussi du goût avec les femmes. Je ne suis pas d’accord avec quoi que ce soit.

Le père de trois enfants a déclaré qu’il avait toujours su qu’il serait difficile de traiter avec les femmes en raison de sa carrière. Il a dit: «Je savais qu’avec mon travail à un moment donné, ça allait être très difficile avec les femmes.»

Flavour, cependant, a noté qu’il est toujours heureux chaque fois qu’il voit ses enfants. Il a dit: «Je suis très heureux, quand je regarde les enfants, et je crois que c’est tout ce qui compte. Je suis si heureux parce que je ne m’attendais pas à ce que tout se passe de cette façon. Lorsque vous regardez également les aspects positifs, vous y verrez du bonheur. Vous devez le prendre. C’est la vie et vous devez la vivre. J’avale tout et je continue. Je me rends heureux.

Pendant ce temps, Flavour, qui avait une relation amoureuse avec un ancien gagnant de Big Brother Africa, Dillish Matthews, a déclaré ne jamais sortir ensemble. Il a ajouté:

«C’est une amie. Nous avons travaillé ensemble et après cela, nous sommes restés amis. Il n’y a pas d’enfant impliqué (entre nous). Il n’y a pas de relation.»

Sur les raisons pour lesquelles il est resté fidèle à la musique highlife au fil des ans, Flavour a déclaré: «Ce n’est pas une question d’argent. Il s’agit d’être original. Mon style est le highlife, le RnB et le jazz contemporain. Je suis resté fidèle au highlife parce que je veux être original. Je veux qu’on se souvienne de quelque chose. J’ajoute également de la culture à mon son. Je veux que tu saches que je viens de quelque part.

Quand vous entendez mon son, vous pensez à la partie orientale du Nigéria. C’est ma fierté. Cela ne devrait pas me limiter ni la façon dont vous me voyez. Nous devons célébrer tout ce que nous avons. Les gens me demandent si mon genre de musique est des afrobeats.

Mais, je leur dis que c’est highlife. Pourquoi n’y a-t-il pas de prix avec des catégories telles que «Meilleure chanson Highlife» et «Meilleure chanson Fuji». Pourquoi tout sur les afrobeats? Nous nous limitons. Afrobeats est génial mais il y a plus en Afrique que ça.

Nous n’avons pas besoin d’autres personnes pour le faire ressortir pour nous. Est-ce jusqu’à ce que (un ancien président américain, Barack Obama ou Beyonce nous dise qu’ils aiment la musique high-life? Nous pouvons commencer à partir d’ici.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

«Les pensées de mes enfants me sauvent de la dépression», Ubi Franklin

Présidentielle au Bénin : voici le nombre de parrainages obtenus par le duo Kohoué-Agossa