dans

Mali : la junte officiellement dissoute cinq mois après le putsch

(FILES) In this file photo taken on March 27, 2019, a French armoured vehicle drives by the Mount Hombori during the start of the French Barkhane Force operation in Mali's Gourma region. - Three French soldiers were killed on December 28, 2020 in Mali when their armoured vehicle struck an explosive device in the Hombori region in the centre of the poor Sahel state, the French presidency said. The deaths brought to 47 the number of French soldiers killed in Mali since France first intervened militarily in January 2013 to help drive back Islamist jihadists who had overrun parts of the west African country. (Photo by Daphné BENOIT / AFP)

L’organe formé par les militaires qui ont renversé en août le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a été officiellement dissous, comme le réclamait notamment la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

«Le Comité national pour le Salut du peuple (CNSP) est dissous», indique un décret daté du 18 janvier, signé notamment par le président de transition Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, dont l’AFP a obtenu ce mardi une copie auprès d’une source proche des militaires.

Un petit groupe des colonels a renversé le 18 août le président Keïta après des mois de contestation dans le pays, en pleine tourmente sécuritaire et politique depuis des années, et a annoncé la création de ce comité pour diriger le pays.

Sous la pression de la Cédéao, ils ont mis en place des organes de transition – présidence, Premier ministre et gouvernement, organe législatif – et se sont engagés à rendre sous 18 mois le pouvoir à des dirigeants civils issus d’élections, sans pour autant annoncer la dissolution du CNSP.

L’emprise que les militaires exercent sur la transition ainsi que l’ampleur de la tâche suscitent des interrogations sur le respect de cette échéance.

Une mission de haut niveau de la Cédéao envoyée au Mali a dit le 12 janvier ne pas avoir à ce stade de raison de douter du respect de ce délai, mais elle a une nouvelle fois réclamé que le CNSP soit «formellement dissous».

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au Mozambique, 250.000 personnes sinistrées après le cyclone Éloïse

Normandie : un conseiller régional mis en examen pour viol de sa belle-fille