dans

Législatives en Côte d’Ivoire : le président Ouattara confiant dans «une victoire éclatante»

Le président ivoirien Alassane Ouattara s’est déclaré mardi 16 février confiant dans une «victoire éclatante» de son parti aux élections législatives du 6 mars, quatre mois après sa victoire à la présidentielle d’octobre 2020.

«Nous devons relever le défi et nous donner une large majorité à l’Assemblée nationale où nous sommes déjà majoritaires», a déclaré M. Ouattara lors d’une cérémonie d’investiture à Abidjan des candidats de son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

«Nous devons renforcer notre majorité pour que la Côte d’Ivoire continue dans la paix», a-t-il ajouté. Il a souhaité «une victoire éclatante», affirmant ne pas «avoir de doute» d’atteindre cet objectif, «seule voie pour garantir la paix et la stabilité nécessaires au développement».

Il a encouragé les candidats RHDP «à continuer de parler de ce que nous avons fait et continuer d’améliorer le sort de nos concitoyens». «Notre bilan parle pour nous», a-t-il affirmé, citant notamment la hausse des revenus, des salles de classe, l’amélioration du système de santé et l’électrification du pays dont l’objectif est d’atteindre les «100 %» en cinq ans.

Des gestes d’apaisement du pouvoir

Il a également encouragé les candidats de son parti «à ne pas donner suite aux provocations». «Les paroles de division et de haine n’ont pas de place dans notre campagne», a déclaré le chef de l’Etat. Les violences électorales liées à la présidentielle du 31 octobre 2020 ont fait 87 morts et près de 500 blessés. Le scrutin avait été boycotté par l’opposition qui avait appelé à la «désobéissance civile».

Alassane Ouattara, 78 ans, a été réélu pour un troisième mandat controversé, jugé inconstitutionnel par l’opposition, qui ne reconnaît pas sa réélection. Toutefois, après des gestes d’apaisement du pouvoir, dont la libération conditionnelle de plusieurs de leurs dirigeants interpellés, les principaux partis d’opposition ont décidé de participer aux élections législatives.

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié et une coalition emmenée par la branche du Front populaire ivoirien (FPI) fidèle à l’ancien président Laurent Gbagbo, ont formé une alliance électorale.

Acquitté en 2019 par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l’humanité, M. Gbagbo a été remis en liberté après sept ans de détention, acquittement dont a fait appel la procureure de la CPI, Fatou Bensouda. Vivant à Bruxelles, son retour en Côte d’Ivoire a été annoncé en décembre, mais se fait encore attendre.

Aux dernières élections législatives de décembre 2016, le RHDP et le PDCI, alors alliés, avaient remporté la majorité absolue avec 167 sièges sur 255. Le FPI de Gbagbo avait boycotté le scrutin.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au Nigeria, 42 personnes, dont 27 élèves, enlevées par des hommes armés

Covid-19 : Emmanuel Macron juge «intolérable» la lenteur de la campagne de vaccination en Afrique