dans

Le geste de Wanda Nara après le fémicide d’Úrsula qui a surpris tout le monde

Foto/ IPP/Gioia Botteghi Roma 07/01/2020 presentazione del reality show Grande fratello Vip 4 nella foto: Wanda Nara, wife of Mauro Icardi Italy Photo Press - World Copyright Photo by Icon Sport - Wanda NARA

Les médias ont décidé de changer sa photo de profil pour celle de la jeune femme de 19 ans assassinée par son ex-partenaire. De plus, il avait des réflexions dures sur le fléau du fémicide.

Wanda Nara a de nouveau invité ses abonnés Instagram à lui envoyer des questions pour y répondre à travers ses histoires. Quelques heures plus tôt, elle avait été émue par le fémicide d’Úrsula Bahillo, la jeune fille de 19 ans qui avait été assassinée par son ancien partenaire dans la ville de Rojas, dans la province de Buenos Aires.

Tout d’abord, il a changé la photo de profil en une photo d’Úrsula. «Aujourd’hui, nous sommes tous elle», a-t-elle indiqué et expliqué: «J’ai changé ma photo de profil pour accompagner sa famille et pour qu’une fois qu’ils comprennent que nous sommes TOUS ensemble», écrit-il.

Parmi les questions qu’il a reçues, certains problèmes liés au récent fémicide ont été mis en évidence. «Que feriez-vous si vous pouviez faire quelque chose pour tous les cas de femmes?» et «La violence contre les femmes va-t-elle cesser? Qu’en pensez-vous?»

La blonde a répondu aux différentes questions une par une. Dans leurs réponses, une grande sensibilité a été montrée de la part des médias face à l’événement répréhensible qui s’est produit.

«Perpétuel pour le meurtrier! Une justice rapide. Bien que la loi de Talion (populairement connue sous le nom de «œil pour œil, dent pour dent») ne cesse de passer par ma tête», répondit-il.

De son côté, il a réfléchi sur le travail éducatif qui doit être fait dans chaque famille pour mettre fin à ce fléau. «Nous devons beaucoup travailler dans le présent et dans le futur. Dans l’insulte, dans les dénonciations, dans la peur, dans les réseaux sociaux, dans la violence entre nous. En éduquant les filles et aussi les garçons, dans la Justice. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il y a beaucoup à faire.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Saga de l’infidélité : «Je n’invite pas de femmes étranges dans mon domicile conjugal», Oritse Femi

Au bord de la route, Mala Rodríguez montre sa belle silhouette