dans

Le cadre ayant volé des secrets industriels à Google gracié par Trump

Un ancien ingénieur de Google condamné à la prison pour avoir volé des secrets de fabrication des voitures autonomes, Anthony Levandowski, fait partie des 73 personnes graciées par Donald Trump ce mercredi avant de quitter la Maison blanche.

«M. Levandowski a payé un prix significatif pour ses actions et prévoit de mettre ses talents au service du bien commun», justifie le communiqué du milliardaire républicain, qui a aussi gracié son ancien conseiller Steve Bannon.

En mars dernier, Anthony Levandowski a plaidé coupable d’un chef d’accusation, en échange de l’abandon des 32 autres. Il a reconnu avoir téléchargé des documents avant sa démission de Google en janvier 2016, et les avoir partagés avec des concurrents rachetés par Uber.

Sa demande de grâce était notamment soutenue par le co-fondateur de Palantir Peter Thiel, une figure controversée du secteur des technologies, qui fut un des premiers investisseurs dans Facebook et a apporté son soutien à Donald Trump en 2016.

«Ma famille et moi-même sommes reconnaissants de cette opportunité d’aller de l’avant, et reconnaissants au président et à ceux qui m’ont soutenu et ont plaidé en ma faveur», a tweeté Anthony Levandowski ce mercredi.

Le «plus gros vol de secret industriel» «jamais vu»

Le quadragénaire avait été condamné à 18 mois de prison en août. «Le juge qui a prononcé cette sentence l’a qualifié d”ingénieur brillant et avant-gardiste dont notre pays a besoin’», précise le communiqué.

Le même juge avait aussi déclaré qu’il s’agissait du «plus gros vol de secret industriel» qu’il ait «jamais vu». Chez Google, Anthony Levandowski a été l’un des membres fondateurs en 2009 du projet baptisé «Chauffeur», pour développer des voitures autonomes, l’une des entreprises les plus ambitieuses du géant de l’internet.

Il avait notamment dérobé les plans du système LiDAR (pour Light Detection And Ranging), une sorte de radar où un laser remplace les ondes électromagnétiques. Cette technologie essentielle dans les futures voitures autonomes doit servir à mesurer les distances et détecter les obstacles. Les documents volés ont été évalués entre 550.000 et 1,5 million de dollars.

Selon l’acte d’inculpation, Anthony Levandowski était en contact avec deux entreprises concurrentes de Google sur le créneau de la voiture autonome, au moment même où il s’est emparé des dossiers sensibles. Ces deux entreprises, Tyto Lidar et 280 Systems, sont devenues Ottomotto, et cette dernière a été rachetée par Uber en 2016.

Anthony Lewandowski a été embauché à ce moment-là par le leader mondial de la location de voiture avec chauffeur. Fin 2016, la division de voitures autonomes de Google a été rebaptisée Waymo. Elle dépend de sa maison mère Alphabet.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmanuel Macron à Joe Biden : «Welcome back» dans l’Accord de Paris sur le climat

Le «Trump des tropiques» Jair Bolsonaro félicite le nouveau président américain Joe Biden