dans

Covid-19 : «Baisse spectaculaire» des cas en Afrique du Sud

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche soir un nouvel allègement dès lundi des restrictions imposées pour endiguer la propagation de la COVID-19 dans le pays le plus touché du continent, après une «baisse spectaculaire» du nombre de contaminations.

Cet allègement, qui entre en vigueur dès ce dimanche à minuit (22 h GMT), va permettre une reprise de la plupart des activités économiques, dans un pays à l’économie sinistrée par le virus.

Dans une adresse télévisée, M. Ramaphosa a fait état d’une baisse constante des contaminations et des admissions hospitalières ces huit dernières semaines.

«Grâce à la baisse du nombre d’infections, le pays peut désormais alléger certaines restrictions concernant les déplacements et l’activité économique», a-t-il annoncé. «Nous le faisons prudemment», a-t-il ajouté.

Le pays passe directement du niveau d’alerte 3 au niveau d’alerte 1 –sur une échelle de 5 – : le couvre-feu national est notamment raccourci et sera désormais en vigueur entre minuit et 4 h.

Selon le chef de l’État, l’Afrique du Sud a enregistré un peu moins de 10 000 nouveaux cas de Covid-19 au cours de la semaine écoulée, contre plus de 40 000 au cours de la dernière semaine de janvier et environ 90 000 au cours de la dernière semaine de décembre.

Il a attribué cette «baisse spectaculaire» aux mesures de santé publique, aux changements de comportement et l’acquisition d’une immunité chez ceux précédemment contaminés.

Certaines mesures de restrictions avaient déjà allégées le 1er février : vente d’alcool et rassemblements religieux avaient notamment à nouveau été autorisés et la durée du couvre-feu déjà réduite.

Samedi, l’Afrique du Sud a reçu une seconde livraison de vaccins du laboratoire américain Johnson & Johnson. Jusqu’ici, plus de 63 600 membres du personnel médical ont été vaccinés depuis le début, le 17 février, de la première des trois phases de la campagne de vaccination.

Personnes âgées, professeurs, policiers, militaires, fonctionnaires, mineurs – en raison du caractère stratégique du secteur minier pour l’économie et de leur travail dans un lieu confiné – et personnes présentant une comorbidité seront vaccinés à partir de la fin avril, au cours de la deuxième phase.

Accusé d’avoir été lent à acquérir des vaccins alors que le pays est de loin le plus touché du continent, le gouvernement sud-africain a conclu un accord pour la livraison de 11 millions de doses avec Johnson & Johnson, dont 2,8 millions sont attendues au cours du 2e trimestre.

En outre, 20 millions de doses du vaccin Pfizer ont également été commandées, tandis que 12 millions de doses sont attendues du dispositif Covax, destiné à fournir les pays les moins favorisés, selon M. Ramaphosa.

L’Afrique du Sud a recensé plus de 1,5 million de contaminations, dont près de 50 000 fatales, depuis le début de la pandémie. L’objectif des autorités est de vacciner environ 40 millions de personnes, soit 67 % de la population, d’ici fin 2021.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au Tchad, au moins deux morts au cours de la tentative d’arrestation d’un opposant

Algérie : colère après la condamnation d’un militant dans le sud du pays