dans

Aya Nakamura : le chanteur prend sa revanche face à un styliste qui l’accuse de plagiat !

La jeune femme ne sort que des gros tubes à succès. En avril 2019, les fans de la chanteuse découvre son tout nouveau morceau: Pookie. L’artiste de 25 ans se retrouve alors très rapidement au cœur d’une vive controverse.

Cette fois-ci Aya Nakamura est la cible d’un styliste qui répond au nom de Kyojino. Ce dernier accuse en effet la jeune artiste de plagiat. Elle lui aurait ainsi volé deux looks. Rien que ça. Il s’agit en effet de deux robes et une fourrure.

Le styliste explique en effet qu’il lui avait présenté les looks en question quelques mois avant la sortie du clip de son morceau Pookie. Choqué, Kyojino a donc très vite réagit sur les réseaux sociaux. En effet, il n’a pas attendu longtemps avant de dénoncer la jeune femme sur Twitter !

«Voler le moodboard que je t’avais fait pour le filer à ton équipe pour refaire ma direction artistique sur son dernier clip… Je crois que je rêve !« pouvait-on lire sur le réseau social. Ainsi, Kyojino accuse la chanteuse d’avoir volé sa planche de tendances pour s’en servir pour son clip.

L’histoire ne s’arrête évidemment pas là. La jeune maman avait même très vite répondu à ces accusations. La jeune chanteuse a donc décidé de lui répondre. «Les idées appartiennent à ceux qui les réalisent. Au revoir, merci.» avait-elle écrit sur Twitter.

La chanteuse continue ainsi à nier toutes ces accusations. Elle finira par lui dire que s’il n’est pas d’accord, il n’a qu’à porter plainte. L’arrogance d’Aya Nakamura ne laissera pas indifférent le jeune styliste qui décide d’aller encore plus loin. Cette fois-ci, Kyo Jino décide d’entreprendre des démarches juridique.

Après une mise en demeure, le directeur artistique réclamait aussi la somme de 50 000 euros de réparation à la chanteuse. Enfin il finit par saisir la justice. Le créateur de 23 ans a donc assigné Aya Nakamura pour «parasitisme» devant le tribunal de grande instance de Nanterre. Sauf que le plaignant a fait une bourde.

En effet il a fait parvenir l’assignation à la mauvaise adresse. Eh oui ! «Nous ne sommes donc au courant d’aucune mise en cause.» avait déclaré l’avocate de l’artiste. Cette petite erreur sera tout de même rapidement corrigée. Malheureusement pour Kyo Jino la justice tranchera en faveur de la chanteuse.

En effet les comparaisons entre le «moodboard» d’Ibrahim Coulibaly et le clip ne permettait pas «d’établir des ressemblances». L’interprète de Djaja s’est alors moqué du styliste sur les réseaux sociaux. «Tu voulais combien déjà ? 50K hein. Allez bonne journée.» avait-elle écrit sur Snapchat. Affaire classée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nabilla : la belle publie une adorable photo avec son fils Milann sur Instagram !

Booba : le rappeur dévoile Kabila, un morceau inédit, en collaboration avec MHD