dans

Au Mozambique, 250.000 personnes sinistrées après le cyclone Éloïse

TOPSHOT - This video grab made from hand out aerial video footage taken by UNICEF on January 24, 2021 shows widespread flooding in the Buzi are of Mozambique after the landfall of Cyclone Eloise. - Tropical Cyclone Eloise made landfall around 2:30am on January 23, with wind speeds of 160 kilometres per hour. The worst of the storm's winds are over, but flooding remains a major threat in the days to come. With many key communications systems down, UNICEF emergency teams are on the ground assessing the situation to design quick and efficient relief response. The immediate identified needs are shelter, food, water, medical attention and the protection of children from abuse and exploitation, UNICEF said. (Photo by Bruno Pedro / UNICEF / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /UNICEF/Bruno Pedro " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Le cyclone Eloïse a laissé 250.000 personnes en détresse au Mozambique, a affirmé mardi la représentante de l’ONU dans ce pays, Myrta Kaulard, révisant en forte hausse le nombre de sinistrés, estimé la veille à environ 170.000.

«Nous sommes très inquiets» et les «besoins augmentent», a-t-elle souligné lors d’une liaison vidéo avec des journalistes à l’ONU à New York, précisant que l’évaluation de l’impact du cyclone était toujours en cours.

Parmi les 250.000 sinistrés, 18.000 sont devenus des personnes déplacées, a précisé la responsable de l’ONU. Elle a aussi indiqué que 76 centres de santé avaient été endommagés comme 400 salles d’écoles.

«C’est un énorme problème» et «nous voyons aussi des zones inondées et beaucoup de gens qui essayent de les quitter», a indiqué Myrta Kaulard, soulignant que dans le même temps «la diffusion du Covid-19 avait augmenté considérablement ces dernières semaines» au Mozambique, notamment dans le sud.

Les régions touchées ce week-end par le cyclone Eloïse, dans la zone côtière du centre du Mozambique, à environ 60km de Beira, ont subi des rafales de vent allant jusqu’à 150km/h et des pluies torrentielles.

Ce pays d’Afrique australe avait déjà été sévèrement touché il y a deux ans par les cyclones Idai et Kenneth qui avaient fait en 2019 quelque 700 morts, plusieurs millions de sinistrés et d’énormes dégâts matériels.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haute-Savoie : un jeune homme mis en examen pour avoir tué le père de sa compagne

Mali : la junte officiellement dissoute cinq mois après le putsch