dans

Accusations «d’inconduite sexuelle» : deux employés d’Oxfam suspendus en RDC

L’ONG britannique Oxfam a indiqué vendredi avoir suspendu deux employés dans le cadre d’une enquête sur des accusations de comportements sexuels inappropriés en République démocratique du Congo, confirmant des informations du journal The Times.

L’organisation humanitaire avait déjà été plongée dans la tourmente en 2018 pour des abus sexuels commis en Haïti par certains de ses employés après le séisme de 2010.

«Nous pouvons confirmer avoir suspendu deux membres de l’équipe d’Oxfam en République démocratique du Congo dans le cadre d’une enquête externe en cours, que nous avons établie en novembre dernier, sur des allégations d’abus de pouvoir, notamment de harcèlement et d’inconduite sexuelle», a indiqué une porte-parole de l’organisation dans un communiqué transmis à l’AFP.

«Nous travaillons d’arrache-pied pour conclure cette enquête de manière juste, sûre et efficace», a-t-elle ajouté, précisant que l’ONG avait tenu informée la Commission caritative, l’organisation britannique contrôlant les organisations humanitaires.

Selon le Times, 22 employés anciens et actuels d’Oxfam ont adressé en février une lettre de 10 pages à la direction d’Oxfam, y détaillant des accusations de fraude, corruption, harcèlement sexuel, abus, menaces et intimidation contre 11 personnes.

Des sources citées par le journal précisent que des accusations avaient été signalées à la hiérarchie de manière répétée depuis 2015.

Ces révélations interviennent quelques semaines à peine après qu’Oxfam a été déclarée de nouveau éligible à recevoir des financements publics, dont elle avait été exclue après le scandale à Haïti.

Selon le site internet d’Oxfam, l’ONG est active en RDC depuis 1961 et y travaille actuellement dans six provinces.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cristiano Ronaldo : Ils ont vendu son bracelet aux enchères pour une fortune

Après l’attaque djihadiste au Mozambique, le site gazier de Total complètement à l’arrêt